Yemen : les États européens doivent cesser de vendre des armes à l’Arabie Saoudite !

Après ses résolutions de juin et
novembre 2017, le Parlement a adopté ce midi un nouveau texte dénonçant avec force
le drame qui se joue au Yémen. Les membres de la délégation Génération·s au Parlement
européen l’ont bien sûr votée.

Quatre ans après le début des
hostilités, le conflit s’enlise entre la coalition menée par l’Arabie Saoudite
et la rébellion houthiste. Le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de
l’Homme fait état d’au moins 6.600 civils tués et 10.563 blessés entre 2015et septembre 2018 sous les bombardements de la coalition, et reconnait
que ce nombre est probablement beaucoup plus élevé. En mars 2017, le
secrétaire-général de l’ONU Antonio Guterres, a souligné que le Yémen
connaissait « actuellement la pire
crise humanitaire dans le monde
 ».

Dans cette catastrophe, la
responsabilité des Occidentaux est engagée. Les États-Unis sont directement
impliqués et fournissent un appui logistique direct à Riyad. L’Europe n’est pas
en reste : France, Grande-Bretagne, Espagne et Allemagne vendent encore à
ce jour des armes à l’Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis. Cette
situation est contraire aux obligations découlant du Traité sur le Commerce des
Armes et relève d’une complicité criminelle. Il est avéré que des bombes à
guidage laser sont utilisées contre des infrastructures civiles et
rassemblement de populations, conduisant au massacre d’innocents comme à Saada
début août.

Face à l’horreur, la délégation
Génération·s exprime sa plus vive colère. Nous soutenons l’autonomisation de la
Défense européenne, pas la vente d’engins de mort à des assassins et des
bouchers. A ce titre, nous veillerons très concrètement à ce que l’utilisation
des technologies et produits développés avec le soutien du Fonds européen de
Défense en cours d’élaboration soit soumise aux règles les plus strictes du
point de vue éthique et respecte scrupuleusement les normes de droits
international, en particulier le Traité sur le Commerce des Armes. Mais dès
aujourd’hui, l’urgence de la situation au Yémen exige que, malgré le chantage
économique, les États européens interrompent immédiatement toutes les
exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite et ses alliés. La délégation
Génération·s demande au Président de la République d’arrêter la complaisance
avec les pays qui alimentent le conflit et de cesser immédiatement de leur
vendre des armes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*