Une victoire nuancée pour la conciliation des vies personnelles et professionnelles en Europe

Les députés de la Délégation Génération-s ont voté en faveur du résultat du trilogue sur l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des parents et aidants proposé au vote du Parlement européen ce jeudi 4 avril. Malgré une victoire insuffisante à bien des égards, dû au manque d’ambition des États Membres mais surtout aux blocages du gouvernement français ou allemand justifiant un « coût » de la mesure trop important eu égard aux bénéfices, ce texte ouvre un droit nouveau, celui du congé paternité rémunéré, dans six États membres qui n’en bénéficiaient pas jusqu’alors.

Après sa position ambitieuse il y a neuf ans sur la Directive congé maternité (20 semaines rémunérées à 100% du salaire plein pendant au minimum 16 semaines)—depuis retiré par Frans Timmermans, aujourd’hui candidat à la présidence de la commission européenne—le Parlement européen n’a eu cesse de lutter face au Conseil pour une meilleure conciliation des vies personnes et professionnelles qui cesserait d’impacter les femmes. Au Conseil hélas, l’amélioration de la vie des travailleurs et des familles et la progression de l’égalité des sexes, tant au travail qu’à la maison, en ce qui concerne le partage équitable des responsabilités familiales ne font pas parties des priorités.

Par ailleurs, la France et M. Macron ont su faire preuve de leur hypocrisie habituelle : alors que l’égalité homme-femme devait être la « grande cause » du quinquennat, en plus d’un engagement en faveur d’un congé parental européen, le président français s’est à l’inverse placé à la tête d’une coalition de 14 États s’opposant à ce projet.

Les députés de le Délégation Génération-s regrettent les opportunités manquées de ce texte, première retranscription du pilier social européen du Sommet de Goteborg. En tout état de cause, l’ouverture de nouveaux droits pour les citoyens et citoyennes européennes dans six nouveaux États membres ne peut que nous inciter à voter pour. Ainsi, les députés de la Délégation Génération-s marquent à nouveau leur engagement sans faille pour la défense de l’égalité homme-femme, mais également l’amélioration des droits sociaux des travailleurs.

La Délégation Génération-s continuera à œuvrer dans ce sens en proposant à l’avenir une révision du congé maternité pour le placer à 20 semaines rémunérées à 100% ; un congé paternité obligatoire, allongé et rémunéré à 100% ; et un congé parental rémunéré à 80% du salaire net et non transférable afin que les deux parents soient autant impliqués dans l’éducation de l’enfant.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*