Malgré une victoire en demie teinte, de nouvelles règles en matière d’émissions de CO2 vont dans la bonne direction.

Le Parlement européen s’est exprimé aujourd’hui en faveur du résultat du trilogue relatif à l’établissement de normes de performance en matière d’émissions de CO2 pour les voitures particulières neuves et pour les véhicules utilitaires légers. Malgré une victoire en demie teinte face au manque d’ambition des États Membres et au lobby mené par les industriels , les députés de la Délégation Génération-s au Parlement européen se félicitent de l’adoption de ces nouvelles règles qui pousseront les constructeurs à aller dans la bonne direction.

Il y a trois ans, le Dieselgate révélait la tromperie des constructeurs automobiles sur la réalité des émissions polluantes de leurs véhicules. Les découvertes sur ces fraudes à répétition se sont accumulées depuis, sans pour autant remettre en cause le rôle joué par les lobbys industriels dans ces scandales environnementaux et sanitaires. Les PDGs des grands constructeurs automobiles n’hésitent d’ailleurs pas à faire du chantage à l’emploi ouvertement dans la presse, accusant la transition écologique d’être responsables des destructions d’emplois à venir.  C’est oublier les délocalisations et l’automatisation des chaines de production qui détruisent bien plus d’emplois que la transition écologique et que ces mêmes dirigeants mettent en place sans complexe.

Les députés Génération.s défendent une transition écologique juste socialement, qui ne peut se faire en laissant des salariés sur le carreau. Mais une transition écologique juste ne veut pas dire une transition au ralenti comme les industriels et les gouvernements veulent le laisser croire. Les rapports scientifiques sont formels, nous émettons toujours plus de CO2, nous faisons déjà face à un réchauffement planétaire sans précédent, au-dessus des prévisions du GIEC. Quand on sait que ce sont les plus vulnérables qui subiront le plus violemment les conséquences de ce changement climatique, il est malhonnête de la part de ces dirigeants de dire qu’ils protègent les salariés. Il protège avant tout leurs intérêts financiers propres.

Notre délégation Génération.s défend donc des objectifs de réductions d’émissions de CO2 plus ambitieux mais associés à un plan d’investissement massif au niveau européen, « Green New Deal », pour permettre la transition des travailleurs. Sans cela, il est illusoire de penser pouvoir atteindre la trajectoire pour laquelle nous nous sommes engagés au sein des Accords de Paris.

A ce titre, La désignation de P. Canfin, ancien directeur général de WWF France, sur la liste LREM aux élections européennes ne doit pas masquer l’ambiguïté du gouvernement, qui derrière de grands discours, manque cruellement de courage lorsqu’il doit faire face à ses engagements en matière d’écologie et de promesses sociales. Face à l’urgence climatique, les députés Génération-s au Parlement européen continueront leur combat pour la réduction des émissions de CO2 et pour la transition juste.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*